Améliorer le reporting du Climat : les bonnes pratiques de l’EFRAG

Le reporting sur le Climat contribue à la transparence, en montrant comment les entreprises font face aux impacts du changement climatique. L’initiative de l’EFRAG, laboratoire européen du reporting financier, vise à stimuler l’innovation dans le domaine du reporting d’entreprise en Europe en identifiant et en partageant des exemples de bonnes pratiques de reporting. Le groupe de travail de l’EFRAG « Reporting Climat » vient de publier un rapport: « Comment améliorer le reporting sur le climat – Résumé des bonnes pratiques en Europe ».

  • Certaines entreprises considèrent toujours le reporting Climat comme un pur exercice de conformité, on parle finalement très peu de leur résilience face aux risques liés au changement climatique et de l’impact de leur stratégie bas-carbone sur l’environnement.
  • Les entreprises doivent éviter de publier des informations trop génériques. Celles-ci ne sont pas suffisamment étayées par des preuves à l’appui. il a été constaté qu’il existe peu de référence concrète avec les engagements internationaux en la matière tels que l’Accord de Paris.
  • Les informations financières liées au climat sont à un stade précoce de publication et des améliorations sont possibles, même parmi les sociétés déclarantes les plus matures.
  • Les entreprises sont généralement efficaces pour rendre compte des politiques climatiques mises en place, mais elles le sont bien moins pour rendre compte de la façon dont elles suivent leurs politiques et gèrent leurs risques. De nombreuses entreprises affirment avoir intégré la durabilité ou les risques climatiques dans leur système global de gestion des risques sans fournir des informations sur le processus suivi.
  • Les risques physiques climatiques nécessitent une granularité de l’exposition et des vulnérabilités des installations des entreprises et des impacts de la chaîne de valeur et ces informations sont peu disponibles.
  • L’articulation des stratégies des entreprises est généralement adéquate à court terme, mais moins détaillée ou totalement absente pour le moyen et long terme.
  • Les lignes directrices du TCFD ne sont pas suffisamment articulées dans le reporting pour expliciter l’interaction entre les 4 thématiques clés du référentiel.
  • L’analyse de scénarios est un exercice difficile à mettre en oeuvre pour les entreprises, elle permet d’évaluer la résilience de leur stratégie Climat pour développer des mesures d’atténuation pertinentes pour faire face aux risques découlant de ces scénarios.
  • Un autre point critique est la déconnexion entre l’horizon temporel des impacts potentiels du changement climatique supérieur à 5 ans – et de l’horizon temporel de planification de stratégie Business, bien souvent inférieur à 5 ans. Tout risque qui pourrait survenir au-delà de 5 à 10 ans et qui constitue une menace immédiate évidente pour le modèle économique d’une entreprise, comme le risque climat, n’est pas examiné comme il devrait pas les Comités Exécutifs. Mais certaines entreprises mettent en place des comités dans leur structure de gouvernance pour faire face aux risques liés au changement climatique et tenir explicitement compte de ces risques dans leur stratégie d’entreprise.
  • Il ressort un manque de données pour l’analyse de scénarios car les informations requises sont rares et inégales (variabilité données locales sur le climat), incertaines (développement de politiques) et difficiles à relier les modèles économiques avec les modèles de référence climatiques (GIEC). Des approches sectorielles s’avèrent nécessaires.

MATERIALITY-Reporting est une agence conseil en stratégie et reporting extra-financier, experte et innovante, spécialisée dans la pertinence et la performance de la RSE pour vous aider à améliorer la valeur sociétale de votre entreprise. Depuis 2013, MATERIALITY-Reporting a été choisi par GRI comme l’unique GRI DATA PARTNER pour la France.  

%d blogueurs aiment cette page :