Le reporting des droits de l’Homme progresse mais reste insuffisant

gri-survey-human-rights-2016GRI et Centro Vincular-PUCV (Institution de l’Université Catholique de Valparaíso, Chili) publient ensemble une étude sur les droits de l’Homme dans les secteurs minier, énergétique et financier. 464 rapports développement durable, publiés dans la GRI Sustainability Disclosure Database, ont été analysés dans le cadre de cette recherche se centrant sur les interrogations suivantes :

  • Dans quelle mesure les entreprises sont-elles transparentes quant à leur engagement en faveur des droits de la personne ?
  • Quels sont les sujets relatifs aux droits humains ?
  • Comment les entreprises gèrent-elles les droits de l’Homme dans leur chaîne d’approvisionnement ?
  • Quelle est leur gestion des griefs liés aux droits de l’Homme?

La portée géographique étendue et complexe du secteur privé fait que peu importe si une société a son siège dans des zones à faible risque ou non. Les impacts sur les droits humains sont surtout indirects et la transparence est la clé de l’efficacité des politiques responsables. Le reporting contribue à la sensibilisation et à la compréhension des engagements des entreprises et de leurs actions pour minimiser les effets négatifs tout en maximisant les effets positifs. Ces informations sont de plus en plus demandées par les parties prenantes et notamment les investisseurs.

gri-survey-human-rights-2016-kpisL’état actuel du reporting sur les impacts des droits de l’Homme dans les secteurs minier, énergétique et financier est en progrès mais reste insuffisant.

29% des entreprises du secteur financier, 34% pour le secteur énergie et 35% du secteur minier publient des informations en matière de droits de l’Homme.

Le taux moyen est de 30% pour les impacts sur les droits de la personne dans leurs chaînes d’approvisionnement.

Cependant, 82% du secteur minier et 76% du secteur de l’énergie font état de questions autour de la santé et de la sécurité.

Des recommandations sont proposées pour améliorer la gestion des droits de l’Homme dans les opérations et les chaînes de valeur :

  • Principes d’une diligence raisonnable
  • Présentation du contexte local des opérations
  • Présentation des progrès concrets sur la gestion des impacts au fil du temps
  • Maintenir un équilibre entre les informations quantitatives et qualitatives
  • Exhaustivité et clarté des indicateurs de mesure
  • Présentation des impacts directs et indirects
  • Reporting sur les droits de l’Homme en suivant les standards de GRI

Les droits de la personne font partie intégrante des lignes directrices de GRI depuis 2002, lesquelles font référence à de nombreux dispositifs internationaux relatifs aux droits de l’Homme, y compris les Principes directeurs des droits de l’Homme des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’Homme, les conventions de l’OIT et les Principes directeurs de l’OCDE pour les multinationales.

Etude «Shining a light on human rights: corporate human rights performance disclosure in the mining, energy and financial sectors»

MATERIALITY-Reporting est un cabinet de conseil/formation et accompagnement en stratégie et reporting RSE.

  • Unique GRI DATA PARTNER pour la France
  • Certifiée expert en G4 par le GRI
  • Certification AFNOR ICA Evaluateur responsabilité sociétale ISO26000:2010
  • Formé au label Lucie et membre du Comité national de Labellisation de Lucie
     MATERIALITY-Reporting - DP org mark 2016 reversed
DL3
CONTACT : Dolores LARROQUE
Experte en reporting extra-financier
Tel +33 (0) 6 86 20 19 74

COP22 : Les pratiques du reporting extra-financier en Afrique

cover2La COP 22 au Maroc offre une opportunité sans précédent pour afficher la compréhension par les firmes en Afrique des enjeux du Développement Durable. Le moment semble tout à fait indiqué pour augmenter la transparence en s’orientant vers un reporting pertinent et efficace.

Dans le monde, les gouvernements ont promu le reporting extra-financier de différentes manières : par la régulation en faveur d’une communication obligatoire ou volontaire des informations non-financières, par des exigences de leurs places boursières, par des politiques d’achats publics, des lois en matière de protection de l’environnement, contre le dérèglement climatique, en faveur de la santé et la sécurité, une législation financière adaptée, des processus politiques et consultatifs pour favoriser le consensus, le dialogue social institutionnalisé et le dialogue avec la société civile pour les questions environnementales…

Nous avons réalisé un panorama de la situation du reporting à date et des pratiques des entreprises africaines en les comparant à celles de l’Europe et du Monde.

A rappeler que nos deux cabinets ont organisé un side event, le 7 novembre 2016, sur le Reporting RSE et la stratégie Climat avec la présence notable de Sabine Content, directrice des relations avec les parties prenantes au GRI dans un panel comprenant Mohamed Soual, Chief Economist à OCP et Carolinne Orjebin, chef de département développement durable à Lydec.

  • Des entreprises issues de 10 pays africains publient  des rapports RSE
  • L’Afrique du Sud est le premier pays avec 274 rapports publiés sur 294 publiés en Afrique
  • 48% seulement des rapports africains appliquent le GRI
  • 6 entreprises marocaines se sont engagées dans le reporting extra-financier
  • L’Afrique du Sud est le 1er pays au monde en nombre de rapports intégrés publiés (180)

Lien pour télécharger notre LIVRE BLANC DU REPORTING EXTRA-FINANCIER EN AFRIQUE

Bonne lecture

   dl3      bouchachia

Dolores Larroque et Hassan Bouchachia

L’accompagnement par des GRI DATA PARTNER marocains et français pour la réalisation du reporting offre un gage de recevabilité et d’accréditation du contenu du reporting, compte tenu de l’expertise cumulée.

Le contact pour le Maroc

Le contact pour la France

En 2016, la matérialité s’inscrit au coeur du DJSI

ROBECOSAM Webinar 220316La nouvelle édition 2016 du questionnaire de RobecoSAM est lancée. Cette évaluation qui est jugée la plus experte par les acteurs du développement durable dans les entreprises et autres organisations, permet de composer les valeurs de l’indice Dow Jones Sustainability Index (DJSI) animé par Dow Jones et S&P. RobecoSAM utilise ensuite les évaluations pour éditer le Sustainability  Yearbook qui rassemble les entreprises mondiales les plus responsables par secteur d’activité. Pour 2016, des changements ont été annoncés hier lors du wébinaire de RobecoSAM. Ils concernent plusieurs sujets qui ont pris une sérieuse importance dans les processus de reporting des grandes entreprises.

En 2016, une attention forte de RobecoSAM est portée sur :

  • la revue en détail des questions liées à la matérialité
  • la réduction du nombre de questions pour chaque industrie
  • la recherche de cohérence financière
  • la prise en compte des commentaires reçus de entreprises
  • l’intégration de nouvelles tendances en matière de responsabilité sociétale.

En 2016, les principaux changements de méthodologie concerneront :

  • La  matérialité (tous secteurs d’activité)
  • Les indicateurs liés aux pratiques en matière d’emploi et aux droits de l’Homme (tous secteurs d’activité)
  • Evaluation et mesure des impacts (Consumer Discretionary, Materials & Energy, Food & Beverage)
  • Gestion de la marque (nouvelles questions pour Airlines, Automobiles, Household Products, Retail)
  • Sécurité de l’information et cybersécurité (de nombreux secteurs concernés dont les Médias)

La Matérialité

Pour chaque enjeu jugé pertinent, les éléments suivants devront être fournis :

  • Description des éléments de contexte et des impacts
  • Importance de l’enjeu pour le renforcement du modèle économique de l’entreprise
  • Manière dont cet enjeu peut impacter le développement du chiffre d’affaires et peut générer des coûts supplémentaires. Risques financiers liés à l’enjeu.
  • Stratégies pour remédier à ce problème (ambition / produits-services / initiatives)
  • Objectif de mesure chiffré de long terme, à plus de 3 ans
  • La performance est-elle assortie d’une objectivation pour les managers ?

Calendrier 2016

Robecosam 2016 calendrier

  • 5 avril : Ouverture de la plateforme en ligne
  • 31 mai : Fermeture de la plateforme en ligne
  • 8 septembre : Communication des scorecards auprès des entreprises.

Vous souhaitez améliorer votre classement dans le DJSI ou mieux comprendre comment y répondre efficacement, nous pouvons vous y aider.

Nous avons développé une expertise sur le sujet du questionnaire depuis 2005. Plusieurs grands groupes ont été accompagnés avec succès pour progresser dans leur classement.

MATERIALITY-Reporting est un cabinet de conseil/formation et accompagnement en stratégie et reporting RSE.
  • Unique GRI DATA PARTNER pour la France
  • Certifiée expert en G4 par le GRI
  • Certification AFNOR ICA Evaluateur responsabilité sociétale ISO26000:2010
  • Formé au label Lucie et membre du Comité national de Labellisation de Lucie
    
CONTACT : Dolores LARROQUE
Experte en reporting extra-financier
Tel +33 (0) 6 86 20 19 74

Le GRI est encore peu suivi et incorrectement appliqué en France

REPORTING extrafinancier FRANCE.pngDepuis le 1er janvier 2016, la version GRI-G4 est le seul format admis par le GRI pour les entreprises se revendiquant de suivre les lignes directrices du GRI. Or, le GRI est encore peu suivi et incorrectement appliqué en France. Notre pays semble en retard par rapport aux tendance Europe et Monde. Pourquoi cette exception française ? Il faut trouver l’explication dans la conformité réglementaire : les entreprises de plus de 500 salariés éligibles ont mis en application l’article 225-102-1 du code de commerce de la loi Grenelle II et ont assimilé la loi à un référentiel de reporting. L’analyse de matérialité préconisée par la GRI-G4 devrait permettre de faire évoluer le reporting vers plus de pertinence et d’efficacité, de manière à mettre en œuvre le principe de comparabilité du reporting.

Quelques données sur l’usage du GRI en France

Couverture rapport annuel reporting

 

Réalisée par Dolores Larroque, experte en stratégie et reporting RSE. Lauréate de l’examen du GRI-G4 parmi les 90 experts internationaux reconnus par GRI dans le monde.

MATERIALITY-Reporting vous propose des formations pour monter en compétence et gagner en expertise en matière de reporting extra-financier, (GRI-G4 et reporting intégré) animées par deux expertes.  http://www.materiality-reporting.com/boutique.html

 

Un guide pour aider les entreprises à aligner leurs stratégies avec les ODD (Objectifs de Développement Durable)

SGD MaterialityL’année 2015 offre une occasion historique de réunir les pays et les peuples pour choisir et emprunter de nouvelles voies afin d’améliorer la vie des populations partout dans le monde. Ces choix détermineront la marche à suivre au niveau mondial pour mettre fin à la pauvreté, promouvoir la prospérité et le bien-être pour tous, protéger l’environnement et faire face au changement climatique. 

En date du 25 septembre 2015, après trois ans de négociations, auxquelles ont participé de très nombreuses organisations de la société civile, les 193 pays des Nations Unies ont adopté un nouveau programme de développement de portée universelle. Les 17 objectifs de développement durable (ODD) font suite aux objectifs du millénaire pour le développement. GRI, le PACTE MONDIAL des NATIONS UNIES et WBSCD se sont unis pour éditer un guide nommé « SDG Compass ». Sa finalité est de fournir des conseils aux entreprises sur la façon dont elles peuvent orienter leurs stratégies ainsi que la mesure et la gestion de leur contribution à la réalisation de l’ODD.

Les objectifs de développement durable (ODD) définissent les priorités mondiales et les aspirations d’ici à 2030. Ils représentent une occasion sans précédent pour éliminer l’extrême pauvreté et de mettre le monde sur une trajectoire viable. L’adoption de ces ODD devient une étape avant la conférence sur le climat, à Paris, fin novembre. Le guide SDG Compass encourage les entreprises à inscrire les ODD dans leur communication et reporting auprès de leurs parties prenantes. La matérialité est retenue comme un principe important ainsi que l’adoption d’un référentiel tel que le GRI.

Maintenant il est temps pour les entreprises de prendre des mesures en s’attachant à contribuer à l’atteinte de ces 17 objectifs :

ODD 2015

Les Etats membres de l’ONU auront également l’occasion de conclure un accord mondial sur le changement climatique en décembre à Paris.

Télécharger le guide : SDG_Compass_Guide

Télécharger la version courte : SDG_Compass_Guide_Executive_Summary

plus d’info : http://sdgcompass.org/

https://sustainabledevelopment.un.org/focussdgs.html

%d blogueurs aiment cette page :