Comment éviter le ODD washing ?

ODD washingLes objectifs de développement durable (ODD) définissent un cadre de 17 objectifs et 169 cibles pour relever les défis sociaux, économiques et environnementaux les plus urgents dans le monde d’ici 2030. Chacun doit se sentir responsable du bien commun à travers la démarche des objectifs de développement durable. Les gouvernements sont invités à réaliser les ODD mais ce programme essentiel ne peut être réalisé sans un engagement efficace du secteur privé.

L’entreprise a un rôle essentiel à jouer en tant que  source de financement, moteur de l’innovation et de la technologie et moteur de croissance économique et d’emploi.

Les entreprises sont responsables vis-à-vis de leurs impacts sociétaux et doivent être transparentes en conséquence. Les Objectifs de Développement Durable offrent un cadre d’évaluation de leurs effets positifs et négatifs, actuels ou potentiels, en fonction des cibles proposées par le cadre des Nations-Unies et des indicateurs associés.

Lors du Forum mondial sur la conduite responsable des entreprises  de l’OCDE en juin 2018, il a été question d’un nouveau terme SDG WASHING ou ODD WASHING. Après le greenwashing des années 2000 et le social washing plus récent, il faut se méfier d’une pratique qui consisterait à utiliser les logos des ODD des Nations Unies pour promouvoir la durabilité sans faire finalement grand-chose pour la société en général, voire même générer des impacts négatifs forts alors qu’on croit développer des actions positives.

Si les entreprises peuvent apporter des contributions positives, telles que créer des emplois, trouver des solutions innovantes aux problèmes climatiques ou contribuer au développement du capital humain, elles peuvent également avoir des effets négatifs, notamment exploiter la main-d’œuvre dans les chaînes d’approvisionnement, nuire à l’environnement ou corrompre les pratiques. Les entreprises devraient prêter l’attention voulue pour s’assurer qu’elles évitent de compromettre les ODD en contribuant à des impacts négatifs. Il faut donc se méfier des contradictions, par exemple, une entreprise peut privilégier l’usage des voitures électriques en sauvant le climat (SDG 13 ↑). Pourtant, le cobalt contenu dans leurs piles peut être extrait par des enfants de cinq ans au Congo si l’entreprise n’est pas vigilante sur sa chaîne d’approvisionnement (ODD 8 ↓).

Selon des processus de diligence raisonnable fondés sur les risques et basés sur les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme  et les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales, les entreprises doivent prioriser leurs efforts pour déterminer où leurs impacts négatifs sur les ODD sont les plus graves.

D’autre part, selon une étude récente « 60% des entreprises intègrent les ODD dans leur stratégie commerciale ». Le rapport Better Business, Better World indique des opportunités de marché représentant 12 000 milliards de dollars par an d’ici à 2030 et la création de 380 millions d’emplois. Et des obligations en matière d’éthique : plus de 150 millions d’enfants travaillent de façon invisible et non protégée dans le monde. Les contributions positives aux ODD sont également source d’opportunités de développement et de croissance. Pour saisir pleinement ces opportunités, les entreprises doivent rechercher la durabilité sociale et environnementale aussi fort qu’elles recherchent une part de marché et une valeur pour les actionnaires.

En conclusion : il est donc important que les entreprises analysent leurs risques à l’aune des ODD afin de mieux comprendre les impacts qu’elles créent sur la société en général. Il est également important d’aligner des objectifs stratégiques à long terme avec les cibles et les indicateurs liés aux ODD.


Nous sommes à votre disposition

logo_mr3

MATERIALITY-Reporting est une agence conseil en stratégie et reporting extra-financier, experte et innovante, spécialisée dans la pertinence et la performance de la RSE pour vous aider à améliorer la valeur sociétale de votre entreprise. Depuis 2013, MATERIALITY-Reporting a été choisi par GRI comme l’unique GRI DATA PARTNER pour la France.

MATERIALITY-Reporting collecte et analyse les rapports des entreprises françaises pour les inscrire dans la base mondiale de GRI. Plus de 70% des rapports français publiés, l’ont été par notre. Cette position nous permet d’observer et d’analyse les rapports RSE et d’identifier les meilleures pratiques.

  • Unique GRI DATA PARTNER pour la France
  • Expert certifié par GRI
  • Certification AFNOR ICA Evaluateur responsabilité sociétale ISO26000:2010
  • Formé au label Lucie et membre du Comité national de Labellisation de Lucie
           GRI DATA PARTNER 2018
DL3
CONTACT : Dolores LARROQUE
Experte en stratégie et reporting extra-financier
Tel +33 (0) 6 86 20 19 74

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :